• Plan du Rocher occupé par les Anglais
  • La bataille du rocher v-GB
  • Rocher du Diamant_
  • La bataille du rocher v-GB
  • La bataille du rocher v-GB
  • Fonds sous-marin Rocher du Diamant
  • La bataille du rocher v-GB
  • Fonds sous-marin Rocher du Diamant
  • La bataille du rocher v-GB
  • Port Royal devenu Fort-de-France
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • Fonds sous-marin Rocher du Diamant
  • Amiral Villaret de Joyeuse
  • Bataille du Rocher du Diamant
  • Julien_Marie_Cosmao-Kerjulien
  • Fonds sous-marin Rocher du Diamant
  • Bataille de Trafalgar
  • Amiral Frederico Gravina
  • Amiral Pierre-Charles  de Villeneuve
  • Fonds sous-marin Rocher du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • Fonds sous-marin Rocher du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • La bataille du Diamant
  • Port Royal devenu Fort-de-France
  • Samuel Wood
  • La couresse de Martinique

Le rocher du Diamant

Classé dans : Blog, Histoire, Histoire de Martinique, Martinique | 0

Le Rocher du Diamant

En bateau, en partant du Marin, cap vers le Nord de l’ile, le  Rocher du Diamant est en ligne de mire. Rocher pointu d’où son nom et où les marins voyant briller les cristaux de sel, sous une certaine angulation du soleil, ils  pensaient aux pierres précieuses. Le rocher a pris tout simplement le nom du village voisin.  

Comme nous passons par la passe des fous entre Diamant et Morne Larcher, voilà une sympathique histoire.

La légende de l’homme-marin

Je laisse Auguste Joyau vous conter celle-ci :

« Le 23 Mai de cette même année 1671, un évènement pour le moins étrange, vint frapper l’imagination des habitants du quartier :

La légende du Rocher, l'homme marin

 Deux colons, Cypriens Poyer et Julien Vattemar, accompagnés des esclaves André, Abraham et Pierre, partis pêcher aux alentours du Rocher, certifièrent tous, sous serment, avoir vu un monstre  « qui avait la figure d’un homme, depuis la tête jusqu’à la ceinture. La partie inférieure, qui apparaissait entre deux eaux, se terminait par une queue large et fourchue, comme celle d’une carange ».

Cette légende passa à la postérité sous le nom de « l’homme marin » du Rocher.

 Aux dires du Père PINCHON, il s’agirait d’un phoque de la Jamaïque, espèce pratiquement disparue, dont la tête et la gueule recouvertes de longs poils gris, comme une chevelure, pouvaient prêter à confusion.

( Auguste Joyau- «  Carrefour du Monde Caraibe »). »

La légende du Rocher, l'homme marin
La légende du Rocher, l’homme marin

Cet animal marin peut aussi être assimilé au Lamentin ou « vache de mer » ou « vaches marines » que les marins appelaient aussi « sirènes ». Vu de loin avec un peu d’imagination ils peuvent ressembler à un humain.

Le rocher

Rocher Du Diamantvu de la terre

Le rocher, maintenant déserté par les humains, fut habité épisodiquement par quelques boucaniers et autres anglais vers 1804-1805. Il est recouvert de broussailles et de cactus, il a une vue imprenable  sur le Sud de la Martinique,  sur l’ile de Sainte Lucie mais surtout sur le trafic maritime dans le canal de Ste Lucie (petit moyen mnémotechnique pour se rappeler le nom de canaux : le nom est celui de l’ile située au sud de celui-ci).

En 1994 il a été classé en « protection Biotope » soit l’équivalent d’un sanctuaire écologique. 

Les activités humaines sont très réglementées il est interdit d’y débarquer sans  autorisation, des caméras surveillent. 

La couresse de Martinique

Il est l’un des derniers refuges d’un reptile endémique de Martinique, la  couresse, couleuvre de Martinique, du célèbre trigonocéphale dit « fer de lance ». Le problème reste la consanguinité qui risque de détruire les espèces. 

Ce vieux rocher, roc basaltique haut de 176m, vestige d’une forte activité volcanique il y a près d’un million années a gardé une forme conique.

Geologie du Rocher

Il est devenu   protecteur d’une  la faune et d’une flore qui peuvent s’ébattre et s’étendre en toute liberté. N’hésitez pas à visiter l ‘Espace muséographique  vous serez directement sur le Rocher.

De nos jours il est recouvert de buissons et de cactées, difficilement accessible.

Plantes sur le Rocher

Qui pourrait croire que ce rocher a joué un rôle important dans les siècles précédents, pendant la période napoléonienne notamment, guerre entre Francais et Anglais voulant à tout prix cette possession dans l’Arc Antillais.

Histoire napoléonienne

Samuel Hood
Samuel Hood

 

Le 6 Janvier 1804, le Centaur, navire amiral du commodore Samuel Hood, aprés un court passage devant Fort Royal, devenu depuis Fort-de-France,  échange quelques coups de canon avec la batterie française du Cap Salomon.  Le samedi 7 Janvier il ancre devant le Rocher à 5heures 30 du matin.

Le lieutenant Maurice,  débarque par la façade Nord-Ouest, avec quelques hommes pour établir un débarcadère entre le Centaur et le Rocher. Le lendemain les travaux de fortifications et d’installation des canons commencent  à des emplacements stratégiques en fonction de leur calibre et donc de leur portée.

  • Les 2 canons de 18 livres suffisaient pour contrôler le passage entre l’ile et la terre au niveau du Morne Larcher (dit le passage des fous), ils furent donc placés en haut de l’ile.
  • Il y eu aussi la batterie de la Reine, pointée vers le nord.
  • La batterie du Centaur placée au bas de la falaise (N N-E) pour interdire la possibilité de débarquement.
  • La batterie Hood une pièce de 24 livres placée dans une grotte profonde à mi-hauteur.

 

Les français tentèrent immédiatement de le reconquérir sans succès, puis lassés, ils laissèrent les britanniques s’installer.

Une centaine de soldats dormaient dans les grottes, les officiers sous les tentes.

Comme le ravitaillement par les bateaux était incertain, les anglais élevaient  des poulets, des pintades et des chèvres.

 

Sa position étant inexpugnable il se vit conférer par l’Amirauté britannique du titre de « HMS Majesty’s sloop of war Diamond Rock », le préfixe HMS étant l’abréviation de His (ou Her comme actuellement) Majesty’s Ship.

 

Napoléon, voulant investir l’Angleterre, cherchait à disperser la flotte britannique et en attirer une partie vers les Antilles. Comme la stratégie n’était pas son point faible, il décida de la reprise du rocher du Diamant. 

La flotte française subissait le blocus britannique à Brest et à Toulon. 

Le 29 mars 1805 , pendant une tempête dans le golfe du Lion, l’Amiral de Villeneuve en profita pour passer à travers le piège tendu par Nelson en s’échappant de Toulon.

Son escadre pris la route des Antilles suivi par celle de l’Amiral espagnol Frederico Gravina. Ces forces se retrouveront lors du retour de l’Amiral de Villeneuve à Cadix pour la bataille de Trafalgar.

Bataille de Trafalgar
             Bataille de Trafalgar

Le  Gouverneur de la Martinique Villaret de Joyeuse avec l’accord du l’Amiral de Villeneuve confia au capitaine de vaisseau Julien Marie Cosmao-Kerjulien la mission de débarquer et de reprendre le rocher aux britanniques.

Après des combats acharnés, car il est plus facile de défendre en dominant que d’attaquer en remontant un site. 

La bataille du Diamant

En remontant le long du rocher les assaillants tombèrent, le deuxième jour, sur une grande caverne remplie de tout le ravitaillement et coupant ainsi les vivres aux assiégés.  La citerne (400.000l) s’était fissurée suite à un tremblement de terre, aggravé par les bombardements des assiégeants. 

La bataille du rocher v-GB

Le 2 juin 1805 quand Maurice vit ses soldats boire leur urine, il hissa le drapeau blanc  et demanda la réddition de ses hommes. Si les Anglais se livrèrent aux Français c’est par manque de munitions, de nourriture et d’eau.

L’histoire raconte que suite au blocus franco-espagnol, la pénurie de nourriture et d’eau régnant, les français firent dériver quelques chaloupes remplies de rhum. La garnison en abusa ce qui facilita la reprise de l’ile. Il est évident que cet épisode n’a jamais été avalisé par les britanniques et est un peu trop éloigné de la vérité historique.

La réalité est plus sordide, les franco-espagnols donnant l’assaut à l’ile repoussèrent les anglais au sommet mais ils ne purent conclure cette bataille n’ayant pas pensé à prendre les échelles nécessaires. Les anglais eux en remontant enlevaient ou détruisaient les moyens de progression tels que cordages et échelles. Une reddition fut demandée et négociée et le capitaine et les hommes furent rapatriés en Grande-Bretagne via la Barbade.

Le capitaine passa en jugement devant une cour martiale, comme tout capitaine perdant son « navire », quelle qu’en soit la cause. Il fut honorablement acquitté. Cette bataille couta cher aux franco-espagnols environ 50 morts contre 2 anglais pour 3 jours de combats, du 31 mai au 2 juin. Comme quoi il est des victoires sanglantes. source wikipedia  et troisponts.net  https://www.lerocherdudiamant.com/l-histoire/

 

Il faut revenir sur ce nom HMS Diamond Rock. Il semble que ce nom ne fut pas attribué au rocher lui-même mais plutôt au navire chargé de son ravitaillement, comme tout navire britannique. En effet ce bateau partait de nuit chercher de la nourriture et de l’eau sur l’ile de la Martinique. Les noirs plus favorables aux Anglais qu’aux Français, les ravitaillaient quand ce n’était pas les esclaves venant de Martinique qui leur apportaient de la nourriture.

La confusion vient du fait que le capitaine  James Wilkes Maurice, commandant la position, passa devant une cour martiale pour la perte du « Rocher du Diamant » qui n’était en somme qu’un fort en mer. Tout le personnel britannique appartenait à la Royal Navy, ceci expliquant peut-être cela. Il se dit que lorsqu’un navire militaire britannique croise non loin du rocher du Diamant, l’amirauté britannique le considérant comme toujours en service (comme une frégate de pierre), il tire des salves de respect, le personnel aligné sur le pont supérieur faisant face au rocher. Reste qu’il y a deux versions, l’une française et l’autre britannique, et que l’on n’est pas près de se concilier sur ces faits.

La bataille du rocher v-GB

L’Histoire est belle conservons-là. https://www.lerocherdudiamant.com/

Les Français n’avaient pas compris l’importance stratégique de ce rocher bien situé sur le chemin des vaisseaux venant d’Europe. Poussés par le vent et le courant, ils approchaient invariablement par le sud de la Martinique pour remonter sur Fort-de-France (Fort Royal) . Ils désarmèrent le rocher pour ne laisser qu’un drapeau français flottant au vent des alizées et une croix. L’Histoire aurait pu recommencer.

Sur les 5 canons présents sur le rocher, apriori il en reste 2 sur place, 3 sont tombés en mer. Pourquoi trouve t-on à terre un certain  nombre de canons provenant du rocher du Diamant?? 

  • En 1809 la Martinique fut investi par les britanniques et en 1810 la Guadeloupe subi le même sort. Les britanniques voulaient imposer leur joug sur toutes les Antilles et ce jusqu’au retour de Louis XVIII.

Deuxième guerre mondiale

Les allemands intéressés par cet  emplacement,  des sous-marins rôdaient aux alentours. Britanniques et Américains envisageaient une intervention sur la Martinique pour protéger leurs positions dans les iles voisines. A cet effet l’aéroport de Sainte Lucie aurait servi de base de départ. Mais les britanniques, revanchards, envisageaient aussi un changement de drapeau sur l’ile, juste pour rattraper le retard du XIX siècle. Perfide Albion.

Plongée

Ce lieu est un site apprécié et réputé pour la plongée tant pour le biotope des algues et des coraux que pour le nombre de poissons y vivants. Une ou deux grottes peuvent receler des surprises. Ainsi que pour la partie archéologique, qui ne rêve pas de découvrir, un jour, un boulet bien caché au creux de deux rochers. Les plongées sont vivement conseillées d’être faites par un club car à cet endroit il y a de courant très important avec une forte dérive. Je l’envisagerai avec Deep Turtle au départ de Grande Anse d’Arlet.

Video réalisée par  Martinique Video Sub” sur le Rocher du Diamant

 

 

De cette époque pas de photos, mais des peintres, des dessinateurs suivaient les équipages ils retraçaient les évènements dont ils étaient témoins. Merci pour tous ces croquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *