• Convertisseur Victron 3000 watts
  • MPPT 150-70 et 100-50
  • Congélateur
  • 6 sur 8 Batteries Victron 200Watts
  • Tableau commande électrique Lagoon
  • Controleur tension Victron - batteries pleines
  • Tableau de commande du déssalinsisateur
  • Dessalinisateur
  • Lave-linge Daewoo 3kgs

Les énergies à bord

Classé dans : Blog, Equipage, Patandre, Vie à bord | 0

L'énergie à bord

L’énergie à bord est une préoccupation constante de tout équipage, il faut savoir gérer l’eau, l’électricité, le fuel, le gaz et l’essence. Comme tout terrien nous avons besoin de ces énergies au quotidien, mais autant pour tout terrien  c’est facile, pas de préoccupation pour appuyer sur l’interrupteur ou pour tourner un robinet. Pour nous marins nous stockons et fabriquons nos énergies en fonction de nos bateaux pour être plus ou moins autonomes.

Lorsque les bateaux sont à quai, pas de problème une prise de courant et les batteries sont chargées. Le tuyau d’eau branché et la cuve est vite remplie.

En fonction de la grandeur du bateau et des moyens financiers celui-ci sera plus ou moins autonome, tout va dépendre des équipements et des installations qu’il aura à bord.

 

Bateau stockage électricité
L’électricité 

est stockée dans des batteries, on dit le « parc de batteries » ou « batteries de servitude », car elles sont exclusivement dédiées au fonctionnement du bateau, en fonction de leur nombre le bateau sera plus ou moins d’autonome. A ne pas confondre avec  les batteries de démarrage qui elles sont réservées pour le ou les moteurs.

L’ installation minimum doit pourvoir alimenter les matériels obligatoires et de secours qui sont : les feux de signalisation, la VHF et la centrale de navigation.

Panneaux solaires sur rameur Talinsker Transat à la rame

Panneaux solaires sur rameur Talinsker Transat à la rame   

Après en fonction de la dimension du bateau, de ses possibilités, du choix de vie du propriétaire le « parc de batteries » sera adapté.

La vie d’un bateau n’est pas de rester à quai mais de naviguer. Si on revient tous les jours au port les batteries seront suffisantes pour une utilisation journalière par contre si faire des journées de mouillage d’affilées il faudra un ou des moyens pour recharger les batteries.

Le parc de batteries :

De 1 à X batteries, il faut faire le calcul de ses besoins, de la consommation des matériels installés à bord et de la place dont on dispose. Après il convient de prendre en considération les différentes technologies qu’offrent tel type de batteries par rapport aux autres.

Différents moyens de recharge batteries :

 Quels sont les différents moyens pour charger les batteries autres que la prise de quai à terre.

  • le ou les moteurs : utilisation de fuel, pour nous ce n’est pas dit « écolo » et nous utilisons des ressources fossiles…

  • Le générateur ou groupe électrogène : source d’appoint, de secours ou pour l’utilisation de matériels gourmands notamment lors de bricolage.

  • L’éolienne : il faut du vent, en fonction de la force  du vent, l’éolienne tournera plus ou moins vite, donc produira plus ou moins au max entre 100 à 200 W toujours en fonction du bateau, mais l’ avantage elle  tournera de jour comme de nuit , c’est une énergie propre, naturelle. C’est une source complémentaire d’appoint.

  • L’hydrogénérateur : Il peut assurer la production d’électricité en navigation, mais tout dépendra de la vitesse à laquelle va le bateau. Energie propre, naturelle et d’appoint.

  • Les panneaux solaires : ils produisent de l’électricité que l’on soit en navigation, au mouillage ou au ponton, que l’on ait un ciel bleu ou un ciel nuageux, ils chargent même par en-dessous avec la réverbération de l’eau. Energie propre et naturelle. En fonction du bateau un ou plusieurs panneaux pourront être installés. La recherche fait énormement de progrès les panneaux souples, les capteurs sur les voiles 

L’eau

Au ponton elle est à volonté que ce soit pour l’entretien du bateau ou de son personnel. Il faut juste penser à remplir les réservoirs pour en disposer. En navigation ou au mouillage, en fonction de la qualité de l’eau, un dessalinisateur (dessal)  qu’il soit manuel ou électrique il est le complément idéal.  

Le gaz

bouteille-de-gaz-3kg

 

Il est utilisé pour les appareils de cuisson, le BBQ.

Le fuel 

Même si on ne l’utilise peu, il est nécessaire pour les manoeuvres d’atterrissage port ou de mouillage tout simplement. Pour avancer lors des épisode de “pétole” ou de vent contraire.

L’essence 

Ne pas l’ oublier pour le moteur d’annexe, la rame c’est bien mais au mouillage ca fait loin pour retrouver la civilisation ou alors le moteur électrique.

Equipement de Patandre 

Pour « transater » nous avons fait évoluer les équipements d’énergies. Pour gagner en autonomie et pour réactualiser les matériels que nous avons rajoutés. Notre but était d’utiliser le moins possible les énergies fossiles et privilégier les énergies renouvelables. Sans être « écolo forcené » mais nous vivons dans la nature et espérons laisser le moins de trace dans notre environnement.

Energies  renouvelables

Electricité

Initialement le Lagoon 420 était dit hybride, 2 moteurs électriques, avec en complément un générateur de 17KVA  (dans la première version il était de 17KvA sur les modèles de fin de production il a été changé en 11KvA). Lagoon a été précurseur dans ce type d’équipement mais pas totalement au point.  

Ne donnant pas satisfaction aux navigateurs, des moteurs diesels ont remplacés les moteurs électriques d’origine, le générateur est resté à bord. Le parc de batteries a été réduit et remplacé par 3 batteries classique acide/plomb.

Pour partir en toute quiétude, nous avons  fait évoluer les installations :

  • 4 Batteries AGM de 161 Amp ont remplacé les anciennes soit un parc de 644Amp.

Parc batteries 2017

  • 6 Panneaux solaires de 100Watts soit au total 600Watts.

Panneaux solaires 4x100Watts

Cette production et ce stockage nous permettaient de pouvoir « vivre » sans trop de contraintes, que ce soit pour la navigation ou la vie à bord. Juste faire attention à charger les appareils nomades, téléphones, tablettes et autres gadgets pendant la journée pour éviter de taper dans les batteries la nuit. Remplacement des sources de lumières par des Leds.

  • Moteur d’annexe électrique  Torqeedo de 4cv avec 2 batteries.
  • Un lave-linge 3Kg Deawoo, peu consommateur d’eau et d’électricité.
  • Un 2° frigo prévu dans son emplacement dans le cockpit.
  • Un convertisseur Victron de 3000watts . Il permet de convertir le 12 volts des batteries en 220 volts pour l’installation électrique.

 Eau à bord

Cet élément est, on ne s’en doute pas, le plus important à bord malgré l’électricité que l’on pense primordiale.

Même sur l’eau il faut bien se laver, ne serait-ce qu’après le bain, un peu d’eau douce pour se dessaler. Tout bêtement pour boire, faire un minimum de cuisine et laver son linge. La plupart des bateaux ont  des pompes pour eau de mer, notamment à l’évier. Notre pompe  ne fonctionne pas nous ne l’avons pas changée mais pour certaines unités c’est bien pratique.

Nous disposons de  4 réservoirs de 175L chacun répartis 2 dans chaque coque.

Un dessalinisateur électrique de 60l/h branché sur le réservoir tribord.

 Energies fossiles

Gaz

Equipement de base : 2 bouteilles de 3,5kg.

 Une bouteille supplémentaire à été rajoutée soit 3 bouteilles de 3,5kg.

Fuel

2 réservoirs de 300l assurent le stockage de cette énergie. le groupe électrogène est branché sur le réservoir tribord.

4 jerrycans de 20l rajoutés pour l’urgence et compléter le réservoir tribord si nécessaire.

Essence

Ayant à bord un moteur thermique de 2cv nous avons 1 jerrycan d’essence de 20l pour le au cas où en complément du moteur électrique.

Torquedo moteur électrique pour annexe

  •  

Bilan navigation La Grande-Motte – Madère –

Les Canaries – Cap-Vert

 Rien de tel que de voir à l’usage les choix demandés.

Electricité

La première partie du voyage (jusqu’à Cadix) s’est passée au moteur, vent de face récurant,  mouillage alterné avec port.

Tout semble normal. Même si un jour les batteries « semblent » faiblardes, le passage au port les requinque.

A partir de la traversée Cadix – Madère les problèmes ont commencé : alarmes récurrentes sur les batteries.

Chasse à la consommation abusive, garder le strict minimum de lampes, allumées et privilégier les lampes frontales.  Essai sur une nuit d’une navigation sans centrale de nav, bilan : très peu de gain. L’éclairage de sécurité n’étant pas touché.

Tous ces essais furent vains. L’usage du groupe électrogène devint quotidien, le matin au sortir de la nuit pour redonner de la pêche, le soir par sécurité. L’usage des moteurs fut favorisé même si l’on n’en avait pas besoin pour le rechargement.

A l’arrivée à Porto-Santo, une communication téléphonique avec le préparateur ne nous en apprenait pas plus. « Quand je vous l’ai laissé tout marchait, tout était neuf. Vous devez abuser de l’électricité, ce n’était pas catastrophique ». Bon ! On fera avec.

  • Changement de la batterie de démarrage du générateur par précaution, celle-ci n’ayant pas été remplacée avant le départ.

Les jours passés à Madère ont permis de bien recharger les batteries mais le problème réapparait  lors de la traversée Madère-Canaries. Les éléments énergivores ne fonctionnent que pendant l’usage du moteur ou des moteurs pour la recharge batteries  (dessal et lave-linge).

Compte tenu du peu de temps pour arriver à la prochaine étape nous avons décidé d’arrêter un groupe froid, celui en extérieur.

Nous nous sommes habitués à ce problème, le rythme était trouvé pour y remédier même lors de la Transat.

L’eau ne manquait pas, en plus nous avions un stock de bouteilles de 5l en cas d’évacuation. Le gaz, le fuel étaient complétés avant chaque traversée.

Bilan post-transat et améliorations apportées

A l’arrivée au Marin, contrôle des batteries par la société Pochon, bilan : 3 des 4 batteries sont mortes.  Etant plus tourné vers l’électronique embarquée il ne donnera pas suite, par relation nous trouvons un artisan électricien qui habite sur son bateau, il est très au fait des problèmes que tout navigateur rencontre. Il faut commencer avant tout par faire un bilan général de l’installation électrique mais en premier lieu pour voir notre consommation c’est la pose de :

  • Un moniteur de batteries Victron type BMV-700  pour mieux suivre l’état du parc. Le panneau d’affichage d’origine installé par Lagoon est très succinct, les informations fournies assez fantaisistes notamment pour la partie électricité.

  • Batteries

Même constat que Pochon 3/4 des batteries sont à changer, mais dans ce cas il faut changer les 4. La capacité est un peu faible pour de la grande croisière. Il aurait fallu le double en capacité au moins.

  • Panneaux solaires : excellent pour l’Europe mais complètement inadaptés aux Antilles. On passe sur les explications du nombre de cellules pour les hautes luminosités.

Donc décision est prise de changer les panneaux solaires et d’augmenter le parc de batteries.

Travaux à faire rapidement 

  • Dépose des 6 panneaux de 100 Watts pour passer à  3 panneaux de 350 watts soit 1050 au lieu des 600 Watts.

Panneaux solaires 350watts

  • Retrait des 4 batteries de 161Amp (644 Amp), pour 6 batteries en AGM de 200 Ampères  soit 1200 Amp. Pour être à l’aise et par sécurité, juste avant la pose ont été rajoutées  2 batteries supplémentaires, le parc va passer à 8 soit 1600 Amp. Et dire que lors de la préparation je voulais 5 batteries puisqu’un congélateur devait être posé («pas possible il n’y a pas la place»). Finalement et fort heureusement que nous n’avions pas eu ce dernier en Transat …

6 sur 8 Batteries Victron 200Watts

  • Changement du MTTP pour  2 Victron 100/50 avec dongle (petit appareil qui permet d’envoyer les informations ou de les modifier) pour piloter l’entrée d’énergie  par le biais du téléphone.

MPPT 100/50

  • Des câbles de 16 carré ont été posé en remplacement des anciens, afin de   limiter les déperditions thermiques dues à l’échauffement des câbles.

Mais la surprise fut au moment du branchement entre les panneaux et les batteries.

Normalement l’installation nous avait été facturée pour un câble en 6 carré or au branchement  l’électricien a trouvé du 4 carré. !!!!

Evidemment nous avons fait confiance et comme tout était caché pas moyen de vérifier. Après quelques conversations animées avec le préparateur qui jugeait que le 4 carré suffisait  « largement » pour cette puissance, il ne voulait rien savoir. Les échanges furent pris en main par un ingénieur électronicien,  le préparateur pensait que le courant continu équivalait au courant alternatif,  dans ce cas le 4 carré suffisait, mais les sections ne correspondaient pas pour du courant continu. Il aurait fallu du 8 carré ou mieux du 10 pour faire passer toute l’énergie des panneaux solaires aux batteries. Il a eu beau lui expliquer que nous avions eu de la chance que le bateau ne prenne pas feu, car il y avait un échauffement anormal des câbles, malgré cela  le préparateur ne voulait pas en démordre.

 Lorsqu’on lui a envoyé une photo des câbles avec le 4 carré écrit dessus et la facture avec le 6 carré, le remboursement des batteries a été immédiat.

Cable 4 carré

Le congélateur n’ayant pas été posé lors de la préparation, nous n’avons jamais su vraiment entre “je ne trouve pas”, “mon fournisseur n’a pas les dimensions” pour nous dire à la fin “je vous laisse le soin de chercher !!”, on comprend mieux pourquoi.

Cette installation nous a parfaitement convenu jusqu’à la pose du congélateur tant désiré par la cuisinière du bord.

La pose a été faite par Caraïbes Réfrigération au Marin, parfait, rien à dire …  le temps de notre passage au ponton (1mois) avec électricité à volonté et les panneaux solaires.

Au mouillage et en nav, nous avons constaté un gros souci de consommation. Evidemment nous avons tout de suite pensé au diamètre du câble mais l’installateur nous a précisé que par principe il posait de diamètre supérieur à celui préconisé par le fabricant. Fausse piste.

Nous n’arrivons pas à charger nos batteries à 100%. Le parc de 1050 watts de panneaux solaires n’est pas suffisant. Nous décidons de rajouter  deux panneaux de 600 watts en les installant sur le bord du bimini afin qu’ils soient  penchés vers l’arrière de façon à mieux récupérer les derniers rayons de soleil le soir. En effet l’inclinaison des panneaux posés sur le toit limitait à 16h -16h 30 la dernière charge de batterie, maintenant nous pouvons aller presque jusqu’au coucher du soleil.

Pose d’un nouveau MPPT 100/75 (dongle intégré) en remplacement d’un 100/50 suite à l’augmentation d’une série de panneau (935w pour la nouvelle  phase pour 700w pour l’ancienne).

MPPT 150-70 et 100-50

Nous avons en finalité un parc de panneaux solaires de :

  • 5 panneaux solaires : 3 de 350 watts et 2 de 300 watts soit un total de 1650 watts.

Mais la surconsommation est toujours là!!!

Notre électricien est venu passer une journée pour reprendre toutes les sources de consommation, des circuits et de les isoler un par un,  ainsi nous avons appris que l’AIS continuait d’émettre même en l’arrêtant au tableau électrique il devait être éteint sur l’appareil …

Après les tests il s’avère qu’une chute de tension sur  un circuit en était la cause. Réparation faite, isolement des circuits moteurs et services avec regroupement sur un disjoncteur manuel pour chaque circuit spécifique. Mais cela nous a permis de vérifier toute l’installation autour du câblage électrique de resserrer certains câbles  en gagnant quelques ampères par-ci et par-là et des connexions refaites correctement.

Merci au dongle qui a permis de suivre sur le téléphone les consommations appareil par appareil.

 

Nous avons eu l’occasion de nous défaire du groupe électrogène d’origine, cela nous permis d’alléger Patandre en poids et de gagner de la place. Mais il y a beaucoup de câbles qui n’ont plus leur utilité, lors de ce contrôle certains ont été enlevé, on essaiera d’enlever les autres lors de notre prochain séjour à Tyrell Bay. Ces câbles en cuivre valent une petite fortune et trouvent rapidement preneur sur le second marché.

Eau

L’installation du dessalinisateur a été modifiée, en effet le remplissage des réservoirs ne se faisait que sur ceux de tribord. La vanne en T d’origine a été remplacée  par une double vanne-arrêt qui permet de privilégier l’eau d’un réservoir par rapport à l’autre. L’équilibrage se faisant par roulis en navigation.  Cela nous évite de stocker à bâbord de l’eau pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Maintenant nous avons un roulement de l’eau de nos réservoirs.

Gaz

Suite au retrait du groupe électrogène d’origine nous avons installé dans le compartiment 2 bouteilles de 13kgs. L’ancienne installation de 2 bouteilles de 3,5kg  a été gardée en cas de panne. Une bouteille de 3,5kgs durait 3 à 4  semaines sans four, une bouteille de 13kg dure 3,5 mois avec four.

Cette disposition peut nous permettre de prendre d’autres types de bouteilles anglaise ou américaine.

Bilan final des énergies sur Patandre

La charge des batteries par les panneaux solaires débute vers 7h30-8h avec un optimum à partir de 8h30-9h.  Par temps ensoleillé ou mi-ensoleillé le parc batteries est plein entre 11h et 13h . Lorsqu’il n’y a aucune consommation, la charge est de 110Amp.

Nous avons pu faire dans une même journée : un lave-linge, le ballon d’eau chaude de 40L,  1H à 1H30 de dessal tout en étant à 100% à 17heures.

Nous pourrons même ressortir la plaque électrique pour cuisiner vers 12h, mais là, elle sera toute seule. Economie de gaz.

Bilan positif

Les filtres du dessal sont changés régulièrement, soit tous les 3 mois lorsque nous restons pour cette durée au Marin, soit 6 mois lorsque nous sommes dans les iles du Sud ou aux Anses d’Arlet où l’eau est plus claire.

Le petit groupe électrogène sera intéressant pour la période des ondes cycloniques où la charge d’entrée est pratiquement nulle car le ciel est très couvert et il pleut presque toute la journée. Mais nullement besoin lors de l’utilisation d’appareil énergivore comme ponceuse, karcher ou mini-four électrique, peut-être que la plaque à induction va ressortir des coffres !!!!

 

Equipement  “énergie”

Batteries de 200 Amp 8 1600 Amp
Panneaux solaires de 350 Watts 3 1050 Watts
Panneaux solaires de 300 Watts 2 600 Watts
MTTP Victron 2 100/50 et 150/70
Convertisseur Victron 1 3000 watts
Eau cuve de 175 Litres 4 700 Litres
Fuel réservoir de 300 Litres 2 600 Litres
Essence réservoir de 20 Litres
Groupe électrogène – moteur 15CV
compresseur de plongée –
4 80 Litres
Gaz bouteilles de 3,5kgs
bouteilles de 13 kgs
4
2
14 kgs
26 kgs

Equipement “électrique”

    • 2 frigos
    •  1 congélateur
    • 3 WC électrique
    • 1 déssalinisateur
    • 1 cafetière Nespresso
    • 1 Lave-linge Daewoo
    • 1 téléviseur
    • 2 ordinateurs personnel

Equipement de “navigation”

      • 1centrale de nav
      • 1 radar Raymarine
      • 1 VHF Raymarine
      • 2 VHF portable Entel
      • 1 AIS
      • 1 ordinateur dédié navigation