• Baie de Ford-de-France vue d'avion
  • Mer de nuages
  • Mouillage sur bouées du Marin
  • Mouillage sur bouées du Marin
  • Mouillage sur bouées du Marin (Martinique)
  • Mouillage sur bouées du Marin (Martinique)
  • Mouillage sur bouées du Marin (Martinique)

Péripéties d’un voyage ordinaire

Classé dans : Blog, Carnet de voyage, Eddy, Martinique | 2

13 Juin, nous sommes de retour en Martinique.

Après avoir traversé la mer de nuages, on peut  apercevoir la Baie de Fort-de-France.  Nous avons l’impression de revenir chez nous. Pourtant cela ne fait que 17 mois que nous vivons dans les Antilles, passant d’une ile à une autre.

Baie de Ford-de-France vue d'avion
       Baie de Ford-de-France vue d’avion

 

Les 3 mois passés en Métropole nous font apprécier cette douceur de vivre antillaise, sans stress, sans morosité.

Cette journée a été bien longue, levés à 2h30 du matin, nous devons être pour 5h30 à l’aéroport de Nantes-Atlantique, puisque  nous n’avons pu faire l’enregistrement en ligne pour le motif : « un passager ne peut faire son enregistrement … » A cette heure il n’y a pas trop de monde, heureusement. Eddy pose encore des problèmes, cette fois-ci l’agent ne trouve pas trace du paiement du billet, bien fait de garder sur moi les différents papiers établis en Guadeloupe, puis au départ de Fort-de-France et surtout auprès de l’agence d’Air France à Nantes, où Eddy avait été refusé, pour cause : la race n’était pas remplie, pourtant c’est la même qu’à l’aller !!!!

Enfin, nous sommes tous les 3 dans l’avion.

Arrivés à l’heure à Orly, nous sommes plusieurs passagers à attendre nos bagages, les différentes personnes interrogées ne savent pas où ils ont été déposés,  oui mais voilà nous attendons notre chien. Panique au guichet des bagages perdus, il faut retrouver Eddy. Enfin au bout de 2h Eddy est aperçu dans un autre terminal, abandonné au bout d’un tapis roulant … et les bagages sont sur le tapis du vol de Djerba (?). Bravo l’aéroport d’Orly.

Finalement il n’aura qu’une petite heure pour se dégourdir les pattes, il faut se mettre dans la file de l’enregistrement, Eddy n’est pas content dans sa cage, il aboie, couine, nous le déposons à son guichet « bagages encombrants » en lui donnant des os pour l’occuper et se faire pardonner.

Le contrôle des bagages n’est pas au top, le personnel super stressé, dépéchez-vous, dépéchez-vous, tel est leur leitmotiv, il faut tout sortir, les bacs sont mélangés avec ceux des autres passagers, nos affaires sont éparpillées. En passant le portique, je sonne, contrôle des mains, un test sur le ventre, vérification sur un écran : « qu’est-ce que vous cherchez ? », « des traces de poudre d’explosifs !». Ouf nous avons toutes nos affaires, tous les contrôles passés nous nous dirigeons vers notre  porte d’embarquement. Oh ! Mince, il nous manque le sac avec  ordis et IPad de navigation, vite Patrick fait demi-tour. Il ressort par les contrôles de police pour re-rentrer avec le même policier de la PAF (le chef), celui chargé des VIP et diplomates.

L’embarquement des passagers commence, nos numéros de sièges sont appelés, Patrick n’est toujours pas de retour. Le stress monte, aura-t-il pu passer ? Enfin, après 45mn je  vois apparaître Patrick avec le sac, nous faisons notre embarquement sans attendre. Bien installés, nous avons choisi une rangée de 2 sièges, nous voyons le chargement de 5 cages de chien, dont celle d’Eddy, il est à bord, pas perdu !!! Ouf.

L’avion devrait décoller,  mais un message du Commandant nous informe du retard « nous attendons 40 passagers qui sont bloqués par un sac abandonné » dire que cela aurait pu être le notre !!!, puis nouveau message, « il manque une 15°  de passagers ». Des aboiements de chiens se font entendre de la soute, mais ce n’est pas ceux d’Eddy.

Nous décollons avec 2 heures de retard.

Francis et Eve nous attendent à l’arrivée à Fort-de-France, ainsi pas de formalités pour louer la voiture, tout a été fait  auprès de l’agence Jumbo du Marin. Si nous avions pris la location à l’aéroport, nous aurions dû prendre la navette du loueur pour aller jusqu’au parking donc moins rapide et plus fatiguant.

La chaleur, l’humidité se font sentir, nous avons passé 3 mois dans le froid et la pluie, pourtant la Vendée se trouve être un département privilégié.

Francis et Patrick feront plusieurs voyages pour ramener, cage, bagages sur Patandre, pendant ce temps Eddy retrouve sa petite promenade, il retrouve les odeurs des Antilles.

Nous nous coucherons à 22h après une soirée à Mango Bay….

Merci Eve et Francis de vous être occupés de Patandre pendant notre absence, nous retrouvons notre home-boat avec plaisir, Eddy aussi.

Eddy a retrouvé sa place sur Patandre
Eddy a retrouvé sa place sur         Patandre

2 Responses

  1. sabrine singevin

    Et bien…quelles péripéties!!!! Bienheureux les voyageurs!!! heureusement que c’était dans ce sens…vous allez pouvoir récupérer vite aux doux bonheurs des antilles! Bises. Sabrine

  2. Andrée

    Merci Sabrine, Oui on récupère car le séjour en Vendée n’a pas été de tout repos. Mais nous avons bien profité des filles et petites filles, de se retrouver en famille.Bisous à vous 2 Andrée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *