• Le Marin

Retour au Marin

Classé dans : Blog, Carnet de voyage, Martinique, Vie à bord | 0

Nous voilà revenus au Marin,  Patandre a repris son mouillage. Pour certains un peu loin de la marina, un peu à l’écart, d’autres préfèrent les mouillages plus tranquilles, un peu trop de mâts dans le paysage, mais nous avons l’impression d’être de retour “à la maison”, nous sommes bien dans notre petit coin,

Eddy retrouve son ilet de mangrove, sa promenade tout seul, en liberté, du bateau je l’entends aboyer, japper, Patrick l’attend dans l’annexe en lisant… pas belle la vie ….

Nous prenons l’avion le 12 mars pour la Métropole, durée du séjour :  3 mois, il faut préparer Patandre pour cette absence, démonter, ranger tout ce qu’il y a à l’extérieur, ne rien laisser de “tentant”, nous avons réservé auprès de la marina une bouée.  A notre retour, le 13 Juin,  la saison cyclonique aura débuté, à cette période pas trop de risque mais avec les assurances il faut prendre les précautions, d’autant que la nôtre nous impose une balise.

Nous allons faire poser une rambarde, un bastingage  tout autour de Patandre, pour nous permettre de se tenir lorsque l’on doit se déplace en navigation, mais aussi pour les enfants lorsqu’ils viennent à bord. 

Patrick entreprend de démonter le filet  posé sur les filières, nous l’avions mis pour éviter à Eddy de tomber à l’eau, avoir un sentiment de sécurité. Il ne reste plus que 2m et voila un geste malencontreux le couteau ripe et il s’ouvre le genou. Vite une compresse pour arrêter l’hémorragie, sortir tout le matériel pour nettoyer et soigner. Mais devant la profondeur de la plaie, des points de suture s’imposent. Me rappelant mes cours et surtout les résultats sur le pied de cochon, je ne le ferai pas, j’appelle mon amie Eve de “La Goélette Séléné” qui vient vite à bord avec Francis, nous prenons la décision de passer par un médecin, le seul qui soit habilité dans le monde médical à poser des points de suture.

J’appelle la Capitainerie pour connaitre le Médecin de garde, il n’y en a pas, nous sommes en période de Carnaval. J’appelle les pompiers, les médecins du Marin ne sont pas dans leurs prérogatives, ils proposent de venir nous chercher, oui mais après, pour revenir, nous n’avons pas de voitures, les loueurs ferment à midi, c’est CARNAVAL.   

Nous sommes le lundi 4 mars, le carnaval vient de commencer.

Une idée à tout hasard, la pharmacie peut me renseigner, j’appelle, elle n’est pas fermée mais pas de médecins de garde, elle me propose d’aller aux urgences au Marin. Nous nous y rendons, mais le service ne commence qu’à 13H, il faut attendre….actuellement il n’y a que les urgences psychiatriques en service, peut-on faire faire passer Patrick en urgences psychiatriques!!!!

Et oui Patrick et Francis après avoir bien baratinés le personnel des urgences psychiatriques cherche un médecin qui pourrait recoudre …. Finalement à 13H, nous quittons les urgences, Patrick  avec 7 points de suture et un super pansement.

Les  pompiers  nous ont appelés à 3 reprises pour connaitre la suite des évènements, si nous avions pu nous faire soigner, si nous avions besoin d’eux, un grand merci pour ces attentions. 

pour nous remettre de ces émotions, nous allons nous réconforter à “Mango Bay”, le service se terminait mais nous avons quand même été acceptés.

Francis est venu aider Patrick à déplacer, désarmer, sécuriser Patandre, Eve est venue faire le pansement à Patrick, merci les amis de votre présence, cela nous a permis de passer de très bons moments ensembles, merci Patrick de t’être blessé, ah ah ah !!!

Le 13 mars tout est prêt, Francis nous amène à l’aéroport, 2 voyages, normal la cage d’Eddy a elle seule prend toute la place dans l’annexe, Patrick fait le premier voyage et c’est avec un pincement au coeur que je quitte Patandre dans son nouvel environnement, mais je sais qu’il sera bien gardé par Eve et Francis.

Arrivés à l’aéroport Patrick n’a pas de chaussures, il les a oubliées, celles pour la Métropole sont dans la valise fermée à clefs et les clefs devinez, elles sont tombées dans la voiture et Francis venait de repartir avec,  il nous reste à acheter une paire de tongs. Le cycle recommence, à chaque départ il oublie quelque chose, il a quelque chose à faire, il n’aime pas partir, c’est pour cela qu’il aime les voyages en bateau, il n’a pas à laisser sa maison, il l’emmène avec lui…

L’avion avait une heure de retard, pour cause le mauvais temps sur Paris depuis le début de semaine, au fil des jours le retard s’accumule avec la rotation des avions et amplifie les retards. 

Le voyage se passe bien, Eddy a très bien supporté l’avion, le vétérinaire lui ayant prescrit un léger décontractant.

A notre arrivée en Vendée, à un kilomètre de la maison il a reconnu les lieux et bien sur il a réclamé tout de suite sa promenade. Il fait froid, il ne fait pas beau, “Bienvenue à Sion sur Océan”.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *