Les Antilles, terres de volcans et de séismes.

Classé dans : Antilles, Blog, Histoire | 0
previous arrow
next arrow
Slider


Les Antilles, terres de volcans et de séismes, comment elles se sont formées jusqu'à nos jours
,

Depuis que nous sommes en Martinique, nous avons fréquemment des messages d’information sur nos applications météos, entre averses tropicales, cyclones et séismes. Nous savons que nous sommes dans une zone à risque puisque chaque ile de l’Arc Antillais est une ile volcanique.

Juin 2020, une alerte, le volcan sous marin Kick’em Jenny au nord de l’ile de Grenade est en agitation, il convient d”être prudent et vigilant lorsque l’on navigue à proximité. Le 28 août dernier c’est un séisme en Martinique, identifié d’origine tectonique. L’épicentre a été localisé à 8 km W/SW de Sainte Anne, (pour une profondeur à 127 km), donc pas très loin du Marin où nous sommes.

Je me décide d’approfondir le sujet, car les lieux que nous visitons, la presqu’ile de La Caravelle, la Savane des Pétrifications font références aux anciens volcans. J’aimais beaucoup la géologie à l’école, alors explorons le web.

Cet article ne se veut surtout pas être scientifique mais  juste une vulgarisation  d’  informations qui vous permettront comme se fut le cas pour nous  de mieux saisir les phénomènes qui nous entourent. L’article risque d’être long mais le sujet est tellement vaste, j’ai bien essayé de le réduire mais  il n’ était pas très compréhensible, aussi pour ne pas être trop rébarbatif  j’ai mis des photos qui sont plus ludiques. Bonne lecture.

Un aperçu des thèmes, au premier abord un peu casse-pieds, mais ils permettent de  pour aborder les sujets sensibles qui nous touchent, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre. Cliquez sur le thème que vous voulez voir,  vous  y serez positionner directement.

L’ article suivant portera sur chaque ile des Petites Antilles de leur création à nos jours avec les derniers évènements subis en 2020 voire même en ce début d’année 2021.


Notre planète Terre

La formation et la composition de notre Planète.

La Terre est formée de quatre parties :

    La croûte terrestre :
    • Partie  formée de matières solides d’une épaisseur de 30km, (terrestre et océanique), elle s’appuie sur une partie de la lithosphère.
      La lithosphère comprend et supporte la croûte terrestre c’est également une partie du manteau supérieur, elle est la couche externe du globe.
      Elle est d’une épaisseur variant de 70km à 150km.
    Le manteau :
    • Partie   visqueuse dont la profondeur est de 2870km. Le manteau se divise en manteau inférieur et manteau supérieur ou la partie restante de la lithosphère et de l’asthénosphère.
      La lithosphère dans son ensemble elle est divisée en plusieurs zones stables dites plaques lithosphériques. C’est aux bordures de ces plaques qu’ont lieu les activités sismiques et volcaniques.
      L’asthénosphère est la couche terrestre située sous la lithosphère, moins rigide mais pas liquide qui s’étend jusqu’à 700 km de profondeur.
    Le noyau externe :
    • Partie  liquide d’une profondeur de 2200km, couche intermédiaire située au-dessus de la “graine solide” ou  noyau interne. Le noyau est en alliage métallique principalement constitué de fer et de nickel. Le liquide du noyau est animé de mouvements convectifs rapides qui induisent un effet dynamo et du champ magnétique terrestre..
    Le noyau interne :
    • Ou  graine,  c’est la partie solide située au centre de la Terre. C’est une boule de 1220km de rayon située au centre du noyau externe (liquide). Elle est composée comme le noyau externe d’alliage de fer et de nickel mais aussi  d’éléments plus légers.

Quelques définitions du vocabulaire scientifique

La convergence, c’est le rapprochement de deux plaques lithosphériques. Elle se produit au niveau des fosses océaniques ou des chaines de montagnes.

La divergence, se dit d’un mouvement éloignant deux plaques sous- marines l’une de l’autre au niveau des dorsales océaniques.

Une subduction, est l’enfoncement d’une plaque lithosphèrique dans l’asthénosphère.

Une fosse océanique, est la zone où se produit une collision de plaques tectoniques. Les fosses les plus nombreuses et les plus profondes sont situées dans le Pacifique occidental. Une fosse océanique peut atteindre une profondeur jusqu’à 11 km.

Une dorsale  ou ride,  est une chaine de montagne sous marine c’est un  lieu de volcanisme intense.

Une collision, est le choc de deux plaques  dû à leur rapprochement.

Une accrétion, est la formation de la lithosphère au niveau de la dorsale océanique.

Un aléa, est un évènement imprévisible et défavorable lié à une action. Les aléas sismiques et volcaniques sont des évènements liés aux volcans et aux séismes. Ils sont imprévisibles et causent des risques pour l’homme.

Un rift, est une zone où il s’est produit une distension, un étirement ou un élargissement de la croûte terrestre. La lithosphère subi un amincissement et une déchirure, le résultat est un fossé d’effondrement. Ne pas confondre avec un rift continental.

Previous
Next

L'âge de la Terre

L’age de la Terre serait de 4,54 Ga,  milliards d’années, pour l’évaluer les scientifiques se sont basés sur des études de roches, de végétaux et d’animaux, bref de fossiles, de la VIE!!

J’étais un peu perdue dans toutes les périodes, difficile de se retrouver dans tous ces noms “grecs” cités dans les différents articles, études, lus sur le Web.  Si comme moi vous avez appris “le secondaire”, “le  tertiaire”, “le quaternaire” et bien sachez que certaines périodes ont été  renommées, regroupées.

En effet, la Commission internationale de stratigraphie a regroupé les ères tertiaire et quaternaire  sous  l’ère “CénozoÏque” qui va de -66 Ma, pour million d’années, à nos jours. Alors il est difficile de se retrouver sur l’échelle du temps.

Pour ne pas s’embrouiller l’esprit, voilà les principales périodes citées lorsque  les Antilles se sont formées.

Les différentes phases de l’évolution de notre planète Terre :

  • Les Eons :
    •  Hadéen  de -4500 à -3800 Ma : formation des océans par condensation de l’eau de l’atmosphère – solidification de la croute terrestre – refroidissement de la Terre.
    • Harchéen de -3800 à -2800 Ma : disparition du méthane et du dioxyde de carbone. Formation de supercontinents Kombatii, Vaalbara..
    • Protozoique  de 2800 à -542 Ma : apparition de l’oxygène. Continuation de la formation de supercontinents, Kenorland, Ur, Atlantica, Laurentia, Columbia, Rodinia..
    • Phanérozoique de -542 Ma à nos jours.
      • Paléozoique ou ancien Primaire : -542 à -251 Ma : Apparitions des amphibiens, reptiles, insectes, des fougères et des premiers arbres.
        • Carbonifère – 359 à -301 Ma : Formation de la Pangée, formée  de la collision de la Laurussia et du Protogondwana et ayant regroupé presque l’ensemble des terres émergées
        • Permien de -300 à -251 Ma. : Début de la fracture de la Pangée.
      •  Mésozoïque  ou secondaire -251 à -70 Ma :
        • Trias de -251 à -199 MA : Apparition des dinosaures et des mammifères ovipares.  Continuation de la fracturation de la Pangée et de matière intense jusqu’à la fin du Trias -200 Ma.
        • Jurassique de -199 à -145 Ma.

Périodes qui nous concernent : 

        • Crétacé de -145 à -65 Ma.
          • Inférieur de -145 à -100 Ma : Début de la formation des Antilles. Plaques Farallon et  Caraibe.
          • Supérieur de -100 à -65 Ma : Formation des Grandes Antilles -80 Ma.
    • Cénozoïque ou Tertiaire et Quaternaire de -65 à nos jours :
      • Paléogène de -65 à – 23 Ma :
        • Paléocène de -65 à  -56 Ma.
        • Eocène de – 56 à -34 MA
        • Oligocène de -34  à -23 MA
      • Néogène de -23  à -1,8 MA : les 2 Amériques sont reliées par une chaine volcanique.
        • Miocène de -23 à -5,3 MA
        • Pliocène de -5,3  à -1,8 MA : Premiers hommes préhistoriques.
      • Quaternaire de -1,8  à  de nos jours
        • Pleistocène de -1,8  à -11430 ans  : inférieur – moyen et supérieur : Cycles glaciaires dans l’Hémisphère Nord, disparition des mammifères géants.
        • Holocène de -11 430 à nos jours :

Pour moi maintenant quand je vois des mornes, des pitons où les célèbres volcans, je les regarde différemment.

La Pangée

 A partir du 16°sc, cartographes, théoriciens géographes, en regardant le tracé des cartes américaines et africaines émettent une similitude avec l’hypothèse d’un seul continent. Les études ont continué au cours des siècles suivants, mais c’est au 20°sc, il y a seulement 100 ans qu’Alfred Weneger, un astronome et climatologue publie un ouvrage : “Génése des océans et des continents”.  En regardant l’emboitement des continents il a déterminé qu’il n’y avait eu qu’un seul continent, la Pangée et qu’il se serait fracturé à la fin de l’ère primaire soit il y a environ 245 Ma (millions d’années). Cette démonstration était trop en avance pour la communauté scientifique de l’époque qui refusa cette thèse.

 

 

Source : United States Geological Survey (USGS)

Les études et les techniques développées après 1945 lui ont permis de confirmer cette thèse. Une carte du fond des océans a été établie mettant en évidence des dorsales ou chaines de montagnes. 

L’étude des courants marins, courants ascendants ou descendants ou l’effet “tapis roulant” confirme ainsi l’étude de Wegener. A partir de maintenant on parle de théorie de tectonique de plaques.

http://www.ipgp.fr/fr/petites-antilles-volcans-seismes .

La Pangée selon Alfred Wegener
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Wegener

En consultant les différents articles et recherches j’ai pu constater que l’on nous parle de  “La Pangée” car c’est la Terre, telle que nous la connaissons actuellement, et celle qui nous intéresse. Mais des dérives des continents il y en a eu plusieurs depuis la création de notre système terrestre. En effet sur Wikipédia  15 anciens supercontinents  y sont répertoriés, voici les plus importants :

  •  Le Vaalbara qui a commencé à se former il y a -3,6 Ga et a existé de -3,1 Ga à -2,5 Ga, précédant le continent Ur, à partir duquel s’est formé par la suite le supercontinent Rodinia, puis les continents Laurussia et Gondwana .
  • Ur est le nom d’un ancien continent supposé s’être formé. Il y a environ -3 Ga pendant l’Archéen, il succéde à un autre supercontinent, le Vaalbara. Ur englobait ce qui est devenu actuellement une partie de l’Afrique australe, de Madagascar, de l’est de l’Inde et de l’extrême ouest de l’Australie,

  • Columbia connu sous Nuna, plus récemment d’Hudsonland ou Hudsonia  daterait de -1,5 à -1,8  Ga.  Il regrouperait  les continents Laurentia (Amérique du Nord et Groendland) et Baltica, ainsi qu’en Ukraine, en Amazonie, en Australie, peut-être en Sibérie, dans le nord de la Chine et dans le Désert du Kalahari(Afrique du Sud). Difficile d’imaginer que ce n’était qu’un seul continent.
Previous
Next

Les continents se déplacent, se regroupent pour devenir des supercontinents, il n’y a aucune raison pour que cela ne s’arrête. Le moteur de la tectonique des plaques est la production interne de chaleur de la Terre dont la principale source est la radioactivité. Même dans un  futur, bien que très lointain pour nous, on peut prédire que la radioactivité globale de la Terre n’aura que peu diminuée par rapport à notre époque.  La tectonique des plaques pourrait très bien continuer avec comme résultat un nouvel éclatement de cette  “Pangée future”. 

 Le Monde étant incertain, la période très lointaine les chercheurs sont très prudents, plusieurs théories se dégagent. Pour certains c’est dans 50Ma d’autres penchent  d’ici 250 Ma il y aura des nouveaux supercontinents. Actuellement l’Amérique du Nord se rapprocherait de l’Asie, certains l’on déjà prénommée ” l’Amasie”.  Une autre option avec la fermeture de l’océan Pacifique, l’Australie viendrait se rattacher à l’Asie, quant à l’Antartique  il ferait un mouvement vers le Nord.

Si le sujet vous intéresse cliquez sur le lien la “Pangée prochaine”

Previous
Next

Les Caraibes

L’ Amérique du Nord vient de se détacher de l’Eurasie  et dérive vers le Nord Ouest.

 L’ Amérique du Sud se détache  du Gondwana (de l’Afrique) et dérive vers le Sud Ouest. 

Il y a  maintenant deux continents distincts à l’Ouest : l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud.

Dérive du Continent Gondwana
Osvaldocangaspadilla, Simon Villeneuve (traduction) — Travail personnel

La formation des Iles Caraibes

Les plaques Farallon et Caraïb

Les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses sur la formation des Caraibes dont les toutes dernières datent de 2006 et même de 2020. Les nouvelles technologies viennent les aider dans leurs méthodes de traçages, de datations, les moyens dont les chercheurs sont à la pointe du progrès et donc des résultats plus précis, mais pas toujours identiques.

Deux théories sont émises pour la formation de la plaque Caraibe : la théorie autochtone et la théorie allochtone.Qui provient d’un autre endroit, en terme de  biologie : “Suivant la théorie de formation allochtone, il y aurait eu un transport de débris végétaux, sédimentaires ou autres entrainés par les eaux dans les bassins  

La théorie autochtone

La plaque Caraibe se serait formée à son emplacement actuel. Elle se serait enrichie de roches magmatiques liés aux arcs actuels et anciens.

Les scientifiques proposent qu’entre -150 et -100 Ma, la formation d’une province proto-caraibes d’origine inter-Amérique. Résultat de plusieurs centres associées à la jonction de 3 ridesUne ride ou dorsale,  est une chaine de montagne sous marine c’est un  lieu de volcanisme intense.  entre Amérique du Nord, Amérique du Sud et Afrique.

Entre -90 et -75 Ma, une croûte se serait épaissie pour devenir un plateau océanique de 15 à 20 kms d’épaisseur. Cette hypothèse prend en compte les subductions,La subduction est l’enfoncement d’une plaque lithosphérique dans l’athénosphère.  au Nord de la plaque Amérique du Nord et Rideest une chaine de montagne sous marine c’est un  lieu de volcanisme intense. d’Avès soit les Grandes Antilles et au Sud sous la plaque Amérique du Sud, les Antilles Néerlandaises.

Les mouvements vers l’Ouest des plaques Amérique du Nord et Amérique du Sud ainsi que l’ouverture du bassin du Yucatan auraient permis le déplacement vers l’Est de la plaque Caraibe d’environ 1000kms et la formation de l’Arc des Petites Antilles.x

La théorie allochtone

C’est la théorie qui rassemble le plus d’adeptes.

Entre -125 et -80 Ma, la plaque Falleron ou plutôt le plateau doit son nom aux iles californiennes situées au large de San Francisco, il se déplace à une vitesse de 5cm/an.

En son Nord elle est en subduction,La subduction est l’enfoncement d’une plaque lithosphérique dans l’athénosphère. sous la plaque d’Amérique du Nord et la Ride d’Avès, édifiant dans sa partie centrale l’Arc des Grandes Antilles. En son Sud elle est en subduction sous la plaque de l’Amérique du Sud formant l’Arc Villa de Cura (Antilles Néerlandaises, les iles du Venezuela ainsi que celles de Trinidad et Tobago.

Entre -91 et -88 Ma et -85 et -73 Ma, un plateau océanique va se former sur l’activité d’un point chaud situé vers les iles Galapagos.

Entre -80 et -45 Ma ce plateau va rencontrer la plaque Farallon avec l’ Arc des Grandes Antilles situé en son centre, mais aussi l’Arc Villa de Cura. Il va la pousser et provoquer leurs déplacements vers l’Est jusqu’à ce que l’Arc des Grandes Antilles entre en collision avec la plateforme des Bahamas.

Cette collision à l’Est permet la subduction,La subduction est l’enfoncement d’une plaque lithosphérique dans l’athénosphère.  à l’Ouest de la plaque Farallon sous le plateau océanique et donc la formation de l’Arc de l’Amérique Centrale (Panama, Costa-Rica, Guatemala, Honduras. La plaque Farallon a pratiquement glissée sous la plaque d’Amérique du Nord et du Sud il reste des morceaux  de plaques qui sont devenues les plaques Cocos et Nazca.

La plaque Caraibe  s’est  donc glissée entre les  deux 2  Amériques pour atteindre  vers -90 Ma une superficie de 600.000 km2.

 Les Antilles sont constituées de plusieurs centaines d’iles qui s’étalent de l’Amérique du Nord, du Yucatan  à la Floride et de l’Amérique du Sud, du Vénézuéla à la Colombie.  De nos jours la plaque Caraibe est délimitée par 4 autres plaques :

 A l’Est :  la plaque Atlantique composée de l’Amérique du Nord  et de l’Amérique du Sud, 

A l’Ouest : la plaque Cocos du  Honduras à Panama et la plaque Nazca, en Colombie, (restants de la plaque Farallon)

Au Sud : la plaque d’Amérique du Sud, de la Colombie au Vénézuela,

Au Nord, la plaque d’Amérique du Nord de Porto-Rico au Guatemala.

La plaque Caraibe et la plaque Amérique du Nord se chevauchent sans répit depuis une cinquantaine de Ma. Comme on a vu précédemment une partie des iles des Grandes Antilles se trouvent sur 2 plaques : Amérique du Nord   avec les iles de Cuba, Les Bahamas et les iles Turks et Caïque et sur la plaque Caraibe : celles d’Hispaniola, Jamaïque, Porto-Rico. C’est une zone dont l’activité  sismique  très importante, cause des pertes humaines et des dégâts matériels pratiquement   tous les ans. Dans les prochaines semaines j’appronfondirai le sujet.

Le glissement de la plaque Atlantique sous la faille Carabéenne c’est  le phénomène de subduction,La subduction est l’enfoncement d’une plaque lithosphérique dans l’athénosphère.  varie entre 2 et 5cm par an. 

Les volcans terrestres et sous-marins sont toujours en activité de la fosse d’Agenada qui se trouve au large de Porto-Rico et des BVI (Iles Vierges Britanniques)  jusqu’à l’Ile de Grenade.

Il y a -15 Ma, I’ Arc d’Amérique Centrale a relié les 2 Amériques du Sud du Mexique à la Colombie.

A la recherche d'une ile disparue

“La théorie “allochtone” ayant la faveur des scientifiques,  beaucoup de chercheurs géologues  fouillent, tamisent de la terre notamment dans les Grandes Antilles. En 2014 cette persévérance a abouti, un paléontologue portoricain a découvert une incisive d’un rongeur fossile!!! Rien d’extraordinaire, vous direz comme moi, mais lorsque l’on sait que ce rongeur est issu d’Amérique du Sud entre  -35/-30Ma !! L’équipe de chercheurs persiste dans le tamisage de terre, kilos, tonnes jusqu’à trouver 3 molaires, plus faciles à identifier que les incisives.

 

 “Il s’agit des plus anciens rongeurs connus des Caraibes, lesquels sont de proches cousins éteints de chinchillas, viscaches et autres pacaranas actuels au sein de la famille des chinchillaïdes, un groupe de rongeurs sud-américains”.

 

En février 2019, l’ISEM -Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier a emmené à Porto-Rico une équipe internationale de scientifiques transdisciplinaires comme le relate la publication parue dans “Plus One“. 

Ces recherches concernent à la fois la Terre et la Mer :”La tectonique des plaques” regroupe la géophysique et la géologie marine mais aussi la géochronologie, la biostratigraphie et la géodynamique. Notre étude met en évidence la façon dont l’évolution géodynamique peut avoir entrainé des changements paléographiques qui se reflètent dans la biologie actuelle” peut-on y lire.

Les géologues recherchent des indices activement sur les iles mais aussi au fond de la mer des Caraibes. Ils trouvent  dans les iles du Nord, notamment à Saint-Martin et Saint Barthélémy, des traces disséminées de rongeurs, mais aussi de paresseux et de grenouilles disparus. 

Des critères morphologiques et plus récemment des analyses ADN ont pu permettre de relier cette parenté.

Un rongeur vivant il y a environ 100 000 ans le Amblyrhiza un rongeur pesant plus de 200 kgs. 

Un paresseux géant le Mégalocnus vivant à Cuba pesant près de 300 kgs il a disparu il y a 10 000 ans.

Un Hutia, rongeur endémique des Antilles, lointains descendants des chinchillaes, les hutias sont menacés d’extinction.

.Jean-Jacques Cornée : « En croisant nos données de terrain et profils sismiques, nous avons également mis en évidence la présence il y a environ 35 Ma d’une vaste surface d’érosion continentale qui s’étendait sur plus d’une centaine de kilomètres, de St Barthélemy jusqu’à la Ride d’Aves et Porto Rico (GrANoLA). Ces travaux complètent le modèle théorique du GAARlandia en soulignant la présence d’une terre émergée à la période proposée et en précisant que le nord des Petites Antilles, exclu de GAARlandia, constituait bien une partie de cette terre émergée avant la disparition de celle-ci dans un contexte tectonique différent. »

GAARAnti-GrANOla-GAARLANDA iles territoires disparus dans les Caraibes
GAARAnti-GrANOla-GAARLANDA iles territoires disparus dans les Caraibes - Agence Nationale de la Recherche

GAARlandia = un pont terrestre reliant les iles des Grandes Antilles à l’Amérique du Sud.

GrANoLA = une ile disparue,  enfin immergée à 1000m de profondeur.

La plaque caraibe

https://fr.wikipedia.org/wiki/Géologie_de_l%27île_Saint-Martin

L’ Arc Antillais a été formé en 3 phases, soit 3 arcs parallèles formés successivement mais séparés par des Millions d’années. 

      • L’arc externe (coté Atlantique),
      • L’arc intermédiaire,
      • L’arc interne ou récent (coté Caraibes).

 Les iles sont de dimensions variables et d’une topologie différente et pour cause les formations rocheuses qui affleurent à la surface de la terre ne sont pas de la même période mais séparée par des millions d’années.

Trois types de roches : 

  • Les roches sédimentaires comme le  calcaire,Les roches sédimentaires sont le résultat d’une accumulation de particules fines compactées, les sédiments.
  • Les roches magmatiques ou volcaniques comme le basalte,Les roches magmatiques sont formées par le refroidissement du magma des volcans. Elles sont omniprésentes juste au-dessous de la croûte terrestre .
  •  Les roches métamorphiques comme le marbreLes roches métamorphiques sont issues de la transformation des deux premières (cristallisation ou re-cristallisation), dans les profondeurs de la Terre, sous l’action de la chaleur et/ou de la pression notamment.

 On peut dire que les iles de l’Arc antillais sont des volcans émergés plus ou moins recouverts de roches sédimentaires. Les iles anciennes sont à dominance sédimentaires et les iles dites récentes sont volcaniques avec un relief atteignant les 1500m.

Elle ont été identifiées par : 

  •  Les “Grandes Antilles” pour celles au Nord jusqu’au Canal d’Anegada et comprennent  : Cuba, Hispaniola (Haiti et République Domicaine), la Jamaïque, Porto-Rico, les Iles Caimans, les Turques et Caïques et les Bahamas.
  • Les “Petites Antilles” pour celles qui vont   du Canal d’Anegada jusqu’à l’Amérique du Sud. Ceux sont  les iles Vierges Américaines (US VI) , les Britanniques (BVI) et les Espagnoles (rattachées à Porto-Rico) puis toutes les iles allant jusqu’à Trinidad et Tobago ainsi que celles du Venezuela à  la Colombie, les ABC.

  Si vous voulez approfondir le sujet je vous conseille cet article  : “Les grands cycles géochimiques de l’océan,” article très bien expliqué avec des schémas à l’appui  par :  Pierre – André Bourque.

L'arc externe ou ancien

Tout d’abord formé avec “Les Grandes Antilles” issues de la plaque Farallon  et ensuite des “Petites Antilles”, entre -50 et -20 Ma.  Elles comprennent  les iles actuelles de Anguilla, Saint Martin, Saint Barthélémy mais aussi Antigua,  Grande Terre  et Marie Galante en Guadeloupe avec la Désirade à l’est,  mais aussi le début  de la Martinique avec les   presqu’iles de Sainte Anne et la Caravelle et  l’ile de Sainte Lucie à son Nord.

Des plissements se sont créés dans les fonds marins, puis au fil des millions d’années sont remontés pour se  rapprocher de la luminosité, immergeant à une profondeur de 40 mètres de la surface de l’eau. 

C’est ainsi qu’ entre -43 Ma à -39 Ma des dépôts calcaires  se sont déposés sur cette plateforme qui a accru sa superficie pour devenir le-dit”banc d’Anguille”. Cette plateforme comprenait Anguilla et ses iles mais aussi celles de Saint-Martin avec l’ile de Tintamarre et également Saint-Barthélémy, l’ile de La Désirade est apparue bien au sud. 

Les traces les plus anciennes ont été décélées à Toiny ( St Martin) elles sont datées entre -47 à -44 Ma. La partie Néerlandaise de St Martin daterait de -24 Ma.

Grande Terre en Guadeloupe aurait commencé à apparaitre vers -20 Ma. Cette formation se serait faite par la sédimentation calcaire, la fossilisation, cette formation marine est appelée “récifale” pour finalement devenir sub-aérienne vers -6 Ma. 

La Martinique, la formation en milieu sous-marin aurait débuté vers -30 Ma, à l’ Est avec les  presqu’iles de Sainte Anne et de La Caravelle, elles évoluent en subaérien vers -23 à -18 Ma. L’arc ancien a été très actif de -25 à -21 Ma.

Puis  la formation de Sainte Lucie à son  Nord-Est et à la pointe Sud de l’ile.

La vidéo “Volcans des Antilles, projetée à la Maison du Volcan à Morne Rouge elle est très explicative et intéressante  sur toutes ces différentes phases avec des images de synthèse sur la formation volcanique de la Martinique, mais aussi sur l’éruption de la montagne Pelée. Le prix d’entrée est modique, 3€ ou 2€ pour les +65 ans. 

https://www.collectivitedemartinique.mq/la-maison-des-volcans/#Infos-Pratiques

Previous
Next

L' arc intermédiaire

Cette période mise en place en milieu sous-marin puis en sub-aérien entre -16 et -7Ma : 

–  La finalisation des iles qui ont émergée : Anguilla, Saint Martin, Saint Barthélémy, Grande Terre en Guadeloupe.

– Le centre volcanique  de Vauclin-Pinault  entre -14 et -10 Ma, dans la partie Sud-Est de la Martinique, relie la presqu’ile de Sainte Anne à celle de La Caravelle.

Au cours du Miocène, le volcanisme actif se déplace vers l’ouest. De nouvelles terres sortent de l’eau en Martinique, 

 -9 Ma, Le Morne Larcher (face au Diamant)

– 6 Ma, La plaine du Lamentin est dûe à un affaissement de relief entre le Nord et le Sud de l’ile.

https://www.journaldesaintbarth.com/actualites/sciences/quand-gustavia-etait-un-volcan-anse-des-lezards-une-riviere-201801251431.html

L' arc interne ou récent

L’ arc récent est daté d’à partir de -6Ma.
Comme il concerne plus particulièrement les iles des Petites Antilles, un article lui est consacré avec les volcanisme des iles récentes.

 Désolé que l’article soit  si long, mais pas si simple de vulgariser le sujet et puis  qu’est ce que c’est que 10 min comparé aux 50 Ma de la construction des Antilles. 

Si cet article vous a interessé, que vous aimeriez en connaitre davantage, je vous recommande particulièrement le dossier de “Futura Sciences” constitué de 5 articles : Vie et structure des Océans.

Les dépôts océaniques voir le site https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/oceanographie-vie-structure-oceans-410/page/5/
https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/oceanographie-vie-structure-oceans-410/page/5/

Pour faire cet article, j’ai consulté beaucoup de sites internet, puis lus et relus, car difficile à comprendre scientifiquement et surtout chronologiquement. Mais j’ai apprécié tous ces moyens, cette documentation que  nous pouvons trouver, entre des sites professionnels, des thèses de fin d’études, des dossiers scolaires. Mais j’ai été épaté par ceux  faits par les lycées et collèges qui font de belles présentations, mais aussi de technicité.Je ne citerai que les sites essentiels que j’ai apprécié, où j’ai pioché les photos, les citations, beaucoup faisaient redondances dans les informations.

J’y ai pris beaucoup de plaisir à rédiger cet article, j’espère que vous apprendrez autant de choses que moi. 

Si cet article vous a plu ou pas, laissez moi un message sur Facebook, j’ai désactivé les commentaires  sur le site car je recevais trop de messages indésirables.

Sources :

https://www.geologiedesantilles.com

-http://www.caribbean-atlas.com/fr/thematiques/geographie-physique-et-ressources-naturelles/la-geologie-des-iles-de-la-caraibe-et-son-influence-sur-les-societes-humaines.html–https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00447342/file/manuscrit-GERMA09.pdf

-https://www.umontpellier.fr/articles/sur-les-traces-des-rongeurs-des-caraibes

-http://www.ipgp.fr/~beaudu/download/Poster_OVSG_Antilles.pdfhttp://www.ipgp.fr/fr/petites-antilles-volcans-seismes 

https://www.journaldesaintbarth.com/actualites/sciences/quand-gustavia-etait-un-volcan-anse-des-lezards-une-riviere-201801251431.html

https://www.collectivitedemartinique.mq/la-maison-des-volcans/#Infos-Pratiques

– et bien sûr Wikipédia.

désolée si j’ai oublié d’autres sites, je vous rajouterais avec plaisir.