• Morne Sauteurs - Grenade
  • Morne Sauteurs - Grenade
  • On peut voir l'eau bouillonner
  • Morne Sauteurs - Grenade
  • Pearl Airport
  • Roue a eau river antoine
  • Morne Sauteurs - Grenade

Visite de l’ile de Grenade

Classé dans : Antilles, Blog, Carnet de voyage, Grenade | 2

8h30, samedi 22 septembre, Chloé, Mateo et Ethan, de Atao Plongée, Jacqueline et JP de “Temoana“, Eve et Francis de « la Goelette Séléné » nous sommes tous prêts pour une visite de l’ile. Sur le quai du Carénage, nous attendons notre taxi. Notre chauffeur « Glen » nous a déjà emmené au Domaine de Belmont. Il conduit très bien, prudent sur les routes étroites, serviable, très gentil, le prix pour la journée de 350$EC, soit moins de 120€ est très correct.

Première étape : Laura’s Herb and Spice Garden : hélas nous sommes samedi,  le jardin est fermé, nous sommes en hors saison, nous n’y avons pas pensé !!

Déçus nous remontons à bord, notre escapade commence mal. En retrouvant la grande route, Glen fait un détour vers la baie de St David’s et nous voyons une aire de carénage….

Carénage de Grenada Marine 

Un arrêt s’avère indispensable pour nous voileux, pour une comparaison avec les autres carénages du Sud Antilles.

Petite histoire, nous étions en contact avec eux depuis les mois de janvier-février, car nous avions décidé de laisser Patandre à terre et de rentrer en Métropole. Nos différents échanges de  mails obtenaient une réponse 3 semaines plus tard, la date limite  pour prendre nos billets d’avion s’approchait sans que nous nous obtenions  un devis de leur part.  Nous avons pris la décision de ne pas rentrer et de rester à bord pendant la saison cyclonique. Nous décidons de ne rentrer en Métropole que vers avril-juin 2019 en laissant Patandre au Marin. Finalement le carénage est prévu mi-octobre mais à Cariacou, chantier tout récent.

Ce nouveau chantier est équipé d”une grue pour bateau de grande largeur, type catamaran et en plus ce qui n’est pas négligeable à des prix compétitifs.

Sur l’aire de carénage de très nombreux catamarans et voiliers sont à sec, désarmés, sécurisés. Les voiliers sont parqués près de la sortie de l’eau et ensuite les catamarans, très nombreux sont placés derrière. Une boutique, un lieu de restauration et de rencontre pour équipages, une plage sont des éléments conviviaux pour passer quelques jours durant les travaux.

Le fjord ou trou à cyclones paraît bien protégé.

Nous remontons vers le Nord de l’ile en longeant la côte Atlantique, petits villages de pêcheurs avec les maisons en bord de mer, les sargasses sur le sable ….

Depuis que nous visitons les iles nous pouvons constater que les maisons mais également  les bordures de trottoir, le bas des poteaux électriques-téléphoniques, les ronds-points, sont peints en jaune, vert ou rouge, ici aux couleurs grenadiennes ,  à Sainte-Lucie elles sont bleu, blanc, jaune. Un peu de couleur et de musique nous renvoient l’image d’une ile « rasta ».

Nous laissons l’embranchement de Royal Mt Carmel Waterfalls, cascade accessible partiellement en voiture, mais nous ne sommes pas chaussés pour une randonnée. Nous continuons vers Grenville, 2° ville de l’ile,  port de pêche sur la côte Est.

Pas d’arrêt à Grenville, nous voulons voir le site plus au Nord :

Pearl Airport

Premier aéroport du pays en 1943, détruit en octobre 1983, lors de l’invasion par les ‘Marines’ américains lors de l’invasion de Grenade.

On peut voir 2 épaves d’avion cubains dont celle de Cubana.

De nos jours la piste sert de rassemblement de voitures, de karts, normal la piste fait environ 1.500 m. Le site de l’aéroport sert également de pâture aux animaux : vaches, chèvres, elles ont de la place.

Pearl Airport  a été remplacé en 1984 par l’aéroport international de Point Salines, au sud de l’ile, près de St Georges. Les travaux de ce dernier aéroport ont été commencés lors du rapprochement de Grenade avec Cuba afin de relancer l’économie du pays. Ce sont des coopérants cubains, ayant une formation militaire et réservistes des forces armées cubaines qui participent à la construction de l’aéroport. Cet aéroport va être source de conflit avec les américains d’où la destruction de Pearl Airport.

Nous sommes passés ce matin de la paroisse ou chef-lieu de St Georges,  St David puis St Andrew la plus grande et  maintenant St Patrick. Grenade est divisée en  6 paroisses et 2 dépendances, Cariacou et Petite-Martinique, le nom des paroisses a été donné en fonction des prêtres qui exerçaient à ce moment là. Il reste St John et St Mark côté Ouest.

Paroisse de St Patrick, le mien va être content, se trouve la plus ancienne rhumerie des Antilles toujours en fonctionnement.

River Antoine, Rum Distillerie

Cette distillerie créé en 1785, continue de transformer  la canne à sucre de manière ancestrale de part les techniques mais aussi par le matériel.

C’est la plus ancienne des Caraïbes à utiliser un moteur à roue à eau.

La canne à sucre est cultivée toute l’année, pour permettre un échelonnement de la récolte et une distillation régulière.

Coupée à la main, la canne est acheminée vers le broyeur à roue hydraulique alimenté en eau par un bief  de la rivière locale.

 Le jus est extrait, les déchets de tiges appelées « bagasse » sont chargés sur une charrette en bois. Elles seront utilisées pour la chaufferie  de la distillerie ou comme engrais dans les champs.

Le jus extrait  de la canne ou « vesou » est envoyé par ce caniveau dans des cuves  où il est filtré puis chauffé. Il passe de liquide à devenir un sirop épais. Cette étape ne se fait plus dans les méthodes actuelles.

 

Il va être envoyé vers  dans des cuves en béton pour y être stocké.

C’est l’étape de la fermentation.

il va fermenter jusqu’à un maximum de 10 jours en fonction de la température. Cette fermentation se fera sans ajout de levure contrairement aux autres fabrications.

Le jus fermenté passe au stade de distillation.

 River Antoine utilise deux “potstills Vendome” pour produire le rhum de façon ancestrale. C’est du bois dur qui est utilisé et non plus la bagasse, pour chauffer les deux cuves.

Le rhum sort à 80°. Toute la production est consommée par la population grenadienne, de part son titrage il ne peut être vendu à l’exportation.

A consommer avec modération.

Nous n’avons pas pu accéder à la boutique pour la dégustation celle-ci était également fermée le samedi.

Lors de notre  promenade dans le parc, les odeurs de canne à sucre, de fermentation, nous ont mis en appétit, nous reprenons la route pour trouver un point de restauration sur la route.

Nous allons patienter car un arrêt à :

Lake Antoine

Se trouve sur notre passage, un garde à l’entrée surveille les plantations fruitières, papayes, melons et d’autres que nous n’avons pas vus.

C’est un ancien volcan dont le cratère est devenu un lac, comme celui de Grand Etang. Le port de Saint George est lui aussi construit sur le bord d’un ancien cratère dont une paroi s’est effondrée en mer.

Nous pouvons voir les iles du Nord-Est, Sandy Island, Green Island, au loin Cariacou.

Un BBQ sur le bord de la route fera l’affaire pour notre repas de midi, tout le monde à faim.

Au menu : poulet ou porc avec frites, le patron du bar « Rama Bar » offre aux « mens » une dégustation « gratuite » de rhum.Tout le monde est autorisé à manger avec les doigts, pas de couteau, juste une fourchette en plastique…

Continuation vers :

Welcome Stone

Arrêt de la voiture devant un bâtiment équipé de panneaux solaires, des jeunes occupent leur temps dans ce lieu désert en écoutant de la musique et … certains nous accompagneront sur le petit sentier escarpé où je glisse, heureusement qu’il y a une corde comme garde-corps pour se tenir et la main d’un grenadien pour m’aider à mer relever. Nous arrivons à un point de vue magnifique, les iles Sugar Loaf, Green Island, Sandy Island, se découvrent sur notre droite, devant nous Caille Island, Ronde Island, The Sisters, mais aussi la zone volcanique sous-marine.

Nous revenons en arrière pour aller au un moment de détente au « Hot Springs » 

Hot Springs

Sources sulfureuses de Grenade. Vestiges de l’activité volcanique de l’ile, mais qui montrent qu’à certains endroits il y a encore de l’activité volcanique.  Il faut dire que  le volcan sous-marin actif Kick ‘Em Jenny est seulement distant d’une dizaine de kms. Si l’activité volcanique des iles caribéennes vous intéresse cliquez IICI

Le bassin n°1 : permet de se baigner dans une eau à 35° environ après être enduit d’une boue verte, on peut voir l’eau bouillonner. Chacun peut s’ébattre comme il l’entend, mais le plus souvent cela se termine en bataille de boue. Boue qui est charriée par l’eau ou est-elle entassée par les différentes personnes qui viennent se baigner ?

Pour passer au bassin n° 2 il convient de retirer toute la boue sur le corps, il y a des âmes charitables pour aider.

Bassin n° 2 : Un trou d’eau chaude d’origine volcanique permet de se délasser et de finir de se rincer.

Bassin n° 3 : Un autre trou d’eau chaude volcanique.

Bassin n° 4 : De l’eau est puisée d’un trou elle permet de se rincer.

Massage à l’huile de cacao sur tout le corps, bienfait de l’huile ou pour diminuer l’odeur du souffre sur nous ?

Chloé, Matéo, Ethan et Patrick ont gouté aux bains de boue, il faut dire que l’aspect de l’eau n’est guère engageant pour une baignade, moi j’ai testé la boue sur les jambes. J’avais au début enduit seulement mon genou de boue et la personne qui s’occupait du site est venue m’étaler de la boue sur les 2 jambes en me massant à me faire mal avec un épi de maïs, j’ai laissé faire est-ce un guérisseur ou pas ?? Mais  j’avais un homme à mes pieds !! Quand la boue a séchée, je l’ai retirée avec l’eau du bassin n°2 et j’ai eu droit ensuite au massage à l’huile de cacao, mais je peux dire que je n’ai eu aucun résultat positif après, est-ce j’en aurai dans quelques temps comme lors des cures thermales ??

Après cet intermède agréable nous reprenons la route pour aller à la falaise d’où se sont jetés les « Noirs Caraïbes ».

Leapers Hill ou Morne Sauteurs

Lorsque les Français sont arrivés sur l’ile ils ont offerts de l’alcool et des perles (verroterie) aux « Noirs Caraïbes » mais comme le rappelle de nombreuses histoires de colonisation c’était une pratique courante par les explorateurs lorsqu’ils arrivaient dans une ile. Quand ils ont vu qu’ils avaient été escroqués ils ont attaqués et tués quelques Français qui ont bien sûr riposté. Le dernier affrontement a eu lieu dans la ville de Sauteurs St Patrick.

Les quelques survivants Caraïbes ont préféré se jeter de la falaise que de se rendre aux Français d’après les historiens européens…. ont-ils été poussés?

Pour s’approcher de la stèle et du précipice il faut traverser le cimetière catholique, dans cet espace de recueillement les tombes blanches sont éparpillées face à la mer.

L’église de St Patrick est impressionnante, imposante, construite en imitation de briques rouges. La voûte de la nef est faite toute en bois, elle est moins chargée en décoration que les précédentes églises que nous avons pu visiter.

Le temps a passé bien vite, une heure de route pour revenir sur St Georges, il faut penser à rentrer. C’est en longeant la côte que nous découvrons une autre partie de l’ile, peut-être viendront nous sur St Mark et St John pour visiter des lieux intéressants.

En cours de trajet nous discutions de longanis, fruit se rappelant les litchis, Glen notre chauffeurs fait signe à un vendeur de bord de route et en achète un paquet pour nous faire gouter ce fruit. Une super attention.

Circuit avec nos différentes étapes
     Circuit avec nos différentes étapes

 

Nous avons eu un aperçu de Grenada il y a encore un certain nombre de lieux qui méritent une visite.

[mailpoet_form id=”8″]