Grand Rivière

Classé dans : Blog | 0
Grand-Riviere
Grand-Riviere_6575
IMG_6552
IMG_6555
Le port de Grand-Riviere_6571
Plage du SinaÏ_6541
Lepont
IMG_6557
Vierge des pêcheurs de Grand-Riviere
Promenade dans Grand-Riviere_6578
Eglise de Grand Riviere m
Eglise de Grand-Riviere_6579
Eglise de Grand-Riviere_6583
Eglise de Grand-Riviere_6580
La Pelee_6543
IMG_6546
IMG_6542
Versleport_65701
Maisonsanciennesrestaures
ChapelleGrandRivire
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Grand-Riviere_6575
IMG_6552
IMG_6555
Le port de Grand-Riviere_6571
Plage du SinaÏ_6541
Lepont
IMG_6557
Vierge des pêcheurs de Grand-Riviere
Promenade dans Grand-Riviere_6578
Eglise de Grand Riviere m
Eglise de Grand-Riviere_6579
Eglise de Grand-Riviere_6583
Eglise de Grand-Riviere_6580
La Pelee_6543
IMG_6546
IMG_6542
Versleport_65701
Maisonsanciennesrestaures
ChapelleGrandRivire
previous arrow
next arrow

Grand'Rivière

Ce matin nous continuons l’exploration du Nord Martinique, après Morne Rouge nous allons jusqu’à Grand Rivière là où la route s’arrête, terminus il faut faire demi-tour.  Son surnom « le bout du monde ». Un sentier relie Grand’Rivière au Prêcheur sur la côte Caraïbe.

Table des Matières

Cette partie de Martinique était une ile, un massif volcanique, le Mont Conil qui a surgi de l’eau entre 1 et 0,5 Ma. Le massif de la Pelée est venu combler  ce vide, entre le morne Jacob, les Pitons du Carbet et le Mont Conil, il y a 0,4 Ma. La route à flanc de montagne, serpente le long de la côte, elle est très étroite, sinueuse, souvent des éboulements tombent sur la route, il faut rester prudent. On passe tantôt du flanc de montagne, avec en prime une vue sur  l’ile de la Dominique, tantôt dans la végétation tropicale.

Deux ponts métalliques,  dits « type SNCF »,  dont le plus long  est de 67 m  pour 5,7m de haut.  Il s’avère être  le plus long de Martinique, il permet de franchir la rivière « Potiche », qui fait la rupture entre les massifs du Mont Conil et de la Pelée. Depuis 1963 il relie Grand’Rivière aux autres communes.

Sainte Catherine d'Alexandrie

La commune de Grand Rivière compte moins  de 700 habitants, on les appelle les « Riverains ». Bien qu’isolée et pas accessible, on trouve son histoire à la fin  au XVII° sc avec le « Père Labat ». (Un lien vers un article dans lequel je parle du Père Labat mais à Marie Galante.)

Le Père Labat est arrivé en Martinique en janvier 1694 il rejoint d’autres religieux à la paroisse de  Macouba, voisine de Grand’Rivière mais  rattachée à la paroisse du Précheur.  Le Père Labat raconte dans ses écrits : » Nous allâmes dire la messe à une petite chapelle qui est de l’autre côté de la Grand’Rivière (…). Le père jésuite du Prêcheur y vient dire la messe deux ou trois fois l’année» L’Histoire dit aussi qu’un jour un esclave ayant été mordu par un serpent, son état étant critique le Père Labat a été appelé pour le confesser, l’esclave guéri, il avait été soigné par un autre esclave ayant des préparations connus de lui seul.   

La chapelle a été agrandie en 1877 et placée sous la protection de Saint-Catherine d’Alexandrie. L’église est détruite par un ouragan en 1891, elle a été reconstruite mais elle n’a pas été touchée par l’éruption de la Pelée.

Previous
Next

Mémorial aux Résistants et Monuments aux Morts

En sortant de l’Eglise, sur le mur du cimetière des plaques commémoratives en l’honneur des Enfants du pays, mort pour la France durant les 2 Guerres Mondiales. Mais juste à côté une plaque  rappelle le départ de jeunes Riverains partis sur de simples barques de pêche, vers la Dominique et Sainte Lucie. Ils voulaient  combattre auprès des  Forces Francaises Libres.

Previous
Next

Grand'Rivière lieu de résistance en 39-45

Lorsque l’armistice est signée le 22 juin 1940, la Martinique est placée sous l’autorité de l’amiral Robert, rappelé de sa retraite, il est nommé  pour la zone Antilles-Guyane-St Pierre et Miquelon comme représentant du régime de Vichy. Grand Rivière  va devenir une plaque tournante de la résistance martiniquaise. En 1942, l’amiral accompagné d’un archevêque viennent retirer les drapeaux républicains pour des drapeaux avec une « croix ». Ce remplacement ne plait du tout aux Riverains et une rixe va opposer les partisans de Robert et les Riverains.  

L’amiral crée un poste de douanes à Grand’Rivière car sa situation géographique facilite le marché noir entre martiniquais et dominicains.  Ce poste permettra de  réguler les réceptions/expéditions de marchandises. De nombreux incidents éclatent entre douaniers et contrebandiers mais ces derniers sont soutenus par la population. En effet les planteurs décident d’augmenter  la production de sucre et de rhum pour faire de gros bénéfices. Mais cette surproduction se fait au détriment des cultures vivrières. L’avitaillement de métropole par bateaux n’arrive plus dans les ports. La famine s’installe en Martinique, les Anglais afin de protéger les iles anglo-saxonnes aux alentours font un blocus des iles. 

Les résistants antillais à bord de barques de pêche, rejoignent les iles de Dominique et de Sainte-Lucie où des représentants de la France Libre les prennent en charge. Ils passent tout d’abord par les USA où ils sont entrainés puis ensuite vers l’ Angleterre. En 1943 ils sont envoyés en Afrique du Nord mais c’est surtout pour la libération de la Provence  avec Marseille et Toulon qu’ils sont reconnus pour leurs faits d’armes.

Plus de 5000 hommes et femmes n’ont pas hésité à  mettre leur vie en danger pour défendre la France. 

En 2009 lors d’un voyage en Martinique, Nicolas Sarkozy les reconnait comme « Résistants ».

Si vous voulez connaitre ma source « AZMartinique« , pour en savoir plus sur le sujet, cliquez ici mais aussi sur Slate d’où provient la photo.

Ballade dans Grand'Rivière

Avant d’aller au port on se balade dans le village, on peut admirer  d’anciennes maisons restaurées. Le célèbre restaurant « Tante Arlette », nous y avons séjourné lors d’un précédent voyage, mais nous ne sommes arrêtés cette fois-ci, « le restaurant n’est plus à la hauteur » il nous a été fortement déconseillé.

Une route grimpe, une statue, on en trouve partout de ces petites élévations religieuses  le long des routes, celle-ci est indiquée comme « statue des pêcheurs ».

A un autre endroit, mais ici avec un point de vue sur l’anse, une ancienne chapelle avec sa croix, « chapelle des pêcheurs ».  C’est une ancienne église du XVII° sc.

Le village est en fer à cheval autour du port, la mer est omniprésente,  la Dominique se détache à l’horizon.

Previous
Next

Le port de Grand'Rivière

En descendant vers le port on aperçoit les hautes falaises volcaniques qui tranchent sur le bleu de la mer. Toute l’activité de la cité se fait autour du port de pêche. Il est en travaux, une  jetée a été construite pour le protèger d’un ensablement. Les vagues viennent se fracasser sur la jetée elles  passent par-dessus, nous mouillent au passage. Un très joli spectacle qui nous rappelle la corniche vendéenne. 

La balise rouge de l’entrée du port parait bien frêle dans la houle.

Les barques de pêche sont appelées « gommier », du même nom que l’arbre, une espèce d’eucalyptus.

La plage de Sinaï

Une  plage de sable noire comme toutes celles au pied de la Pelée. A coté du port elle a été agrandie lors de l’aménagement du port de pêche. Les vagues sont assez houleuses, il est conseillé de baigner au bord de la plage et de ne pas trop s’aventurer à cause des courants.

Sur la route du retour, nous passons devant l’église Saint-Anne de Macouba, là où a officié le Père Labat lorsqu’il est arrivé en Martinique. Nous nous arrêtons pas  car pour retourner au Marin il faut au moins 3h00. Il y a encore pas mal d’endroits à visiter avec notamment la pagode chinoise et la Distillerie JM.

Visites à proximité
Mémorial de Morne Rouge
Le Morne Rouge
Les Pitons du Carbet
Route de la Trace
le-jardin-de-balata
Le jardin de Balata